saudade autour du monde

08 février 2013

La pirogue de la famille TINIRAU

 

 

La pirogue de la famille TINIRAU

 

Taha'a, Iles Sous le Vent, mai 2012

 La famille TINIRAU, Maman Nui et la plupart de ses 9 enfants, habite la baie de Apu au sud de l'ile de Taha'a.

baiçe de APU (6) plwL'année dernière ,je leur avais rendu visite lors d'une balade aux Iles Sous Le Vent et ils m'avaient accueilli à bras ouverts

Cette année,après avoir remis SAUDADE  à l'eau quelques jours auparavant au CNI (Chantier Naval des Iles) à RAIATEA, après un mois de travaux intenses, je passe de nouveau les voir après avoir débarqué mon vélo chinois, lourd et malcommode, acheté  d'occase à RAIATEA.

Les maisons de la famille sont toujours cachées derrière la serre de vanille

  le velo plwjpgLa famille est toujours aussi sympathique.

Les petits-enfants ont grandi

Je me balade un peu autour de l'ile en vélo en partant de la baie de Apu pour visiter cette ile que je connais mal et aussi à la recherche de "sujets" d'aquarelles et de dessins.

J'avais remarqué dans ces balades une  belle pirogue en contreplaqué et j'en avais fait photos et croquis

 

 

 pirogue de Taha'a plwpirogue tradi plw

 

 

 

 

 

 

Un beau jour Mama Nui m'emmène vers l'auvent qui est derrière sa maison et me montre la pirogue de la famille que j'avais déjà entr’aperçue. Elle est là depuis un an au moins et ne sert plus qu'à remiser divers objets de la maison : outils, cirés, bidons etc.

 

pirogue tradi (4) plw

La pirogue parait en mauvais état : un trou dans la coque et des bordés en contrelaqué plus ou moins attaqués.

Cependant ses formes sont belles avec ses flancs évasés et son étrave incurvée. Comme celle que j'ai vue, c'est une pirogue concue pour naviguer au  moteur : les polynesiens ont perdu l'usage de la voile même pour le plaisir ou la régate, remplacée par les compétitions de va'a.

 

 Mais Maman Nui me dit que son père allait à Raiatea distante de quelques miles en pirogue à voile vendre ses légumes au marché de Uturoa.

La pirogue de la famille servait il y a longtemps à emmener les enfants au collège à RAIATEA

Elle a été construite il y a 25 ans par un charpentier de l'île qui est mort depuis et plus personne dans l'île ne sait la réparer.
Vraisemblablement celle que j'ai vue en me baladant est du même constructeur

 Maman Nui me demande si je saurai la réparer;  je lui répond " Oui je sais faire, pas de problème avec de l'epoxy".

J’examine de plus près l'état de la pirogue. En fait le contreplaqué du bordé parait sain. Le pontage avant est un peu attaqué mais il faut voir cela de plus près après l'avoir vidée.

Donc on décide de s'y mettre avec HITINUI le fils aîné qui a justement 8 jours de vacances
 Va'a travaux (7)

On vide d'abord la pirogue de tout ce qui y a été déposé depuis 1 an. 

On va chercher les voisins; puis à une dizaine on la transporte jusqu'à l'auvent de la maison de Hitinui qui fait aussi office de garage.

 

En fait, elle n'est pas aussi abimée que l'on pouvait le craindrele bordé enfoncé à quelques endroits, des varangues cassées, un trou dans la coque à l'étrave et, par endroits, la tranche du contreplaqué qui a laissé pénétrer l'eau à coeur.

 Il faut d'abord la poncer entièrement; elle a été recouverte d'une peinture avec enduit type bâtiment.
C'est la partie la plus pénible du travail

Va'a travaux (1) copie

 Va'a travaux (8)

 

 

 

 

 

Va'a travaux (8)

 

 

Le ponçage nous demandera deux ou trois jours avec la poussière à la clef qui rentre partout malgré les précautions de boucher les fenêtres,  en fait des louvres surtout destinées à aérer la maison.

Le ponçage rèvele les belles formes de la pirogue et aussi quelque accidents de structure au niveau des varagues.

 

RelevéJ'en fais un relevé rapide et des croquis

 

 

 

la pirogue croquis 2plw

 

 

 Va'a travaux (19)

 

Elle a une belle forme avec son bordé courbe et évasé.

Ensuite on va à RAIATEA au CNI, le chantier que je viens de quitter, chercher du tissus de verre et de l'epoxy et on commence la réparation : enduit (epoxy cette fois) de la coque, protection de la tranche du contreplaqué par une bande de tissus de verre collée à l'epoxy, réparation  des varangues et du pontage avant.

On travaille souvent jusqu'à la nuit et même au dela

Ca avance vite et ça donne soif.

Va'aa croquis plw 2

 

 

 

 Va'a travaux (20)

 

 

 


 

 

 

 

 Va'a travaux (36)


Pendant ce temps les enfants, qui sont en vacances, prennent du bon temps dans le lagon à coté du petit motu qui leur sert de terrain de jeux . Mon annexe (en dur) est de la partieJean-Paul,Tereva,Ranihei,Maui (1) plwcopie - Copie.

 Jean-Paul,Tereva,Ranihei,Maui (2) plw

 



 

 

 

 

 On termine en 10 jours le plus gros de travail: les vacances sont terminées.

Je file donc vers Bora-Bora et Maupiti pour trois semaines y faire quelques dessins et aquarelles:Bora-Bora 8 juin plw

BORA-BORA 8 juin plw

 



 

 

MAUPITI 24 juin PLW

 

 

 

Il ne reste plus qu'à peindre la coque,ce que fera Hitinui,le soir après son travail. Il faut aussi retailler le ama ( le flotteur)  ce que fera avec talent  Parea l'oncle qui habite à coté, récupérer les "iato" traverses du balancier et réassembler le tout. En fait tout  cela demande un gros travail que je ne verrai qu'à mon retour.

Tout le monde m'attend en effet pour remettre la pirogue à l'eau. Posée sur l'herbe à coté de la serre de vanille, elle a vraiment belle allure.

Pirogue 5 juillet (14)

Elle est superbement peinte et assemblée.Encore un fois la famille et les amis sont là pour la mise à l'eau: en cinq minutes elle retrouve son élément.Pirogue 5 juillet (30)

Pirogue 5 juillet (35) copie

Tout de suite on va chercher le moteur H.B.et on part vers faire des essais: ils sont concluants:Pirogue-5-juillet-misalo

 

 

 

La pirogue n'a pas fait une goutte d'eau; le ama passe bien dans l'eau 

 

 

Pirogue 5 juillet (54)

 

 

 

 

 Pirogue 5 juillet (51)

 

 

 

 

 

Tout le monde est joyeux : la pirogue a retrouvé son allure d'antan et son usage qui était de transporter toute la famille à travers le lagon.

6 juillet (2)Pirogue -6-juillet- essai

 

On file  vers Raiatea chercher force bières pour fêter l'évenement et acheter des provisions  dont un veau entier pour la fête la mise à l'eau qui aura lieu le lendemain6 juillet

 

 

 

 

 

 

 7 juillet (3) copie

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite la pirogue de la famille Tinirau retrouvera son portique et sa place devant le motu des enfants.

Va'a 11 juillet (12)

 Va'a 11 juillet (9)

 

 

 

 

 

 

 

En attendant de naviguer  à nouveau avec la famille à travers le lagon

 6 juillet (1) copie

 

 

 Pour ma part , je rentre en France pour quelques mois....

 

 

 

 

 

 

Posté par jacques bon à 20:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


08 février 2008

sarteneja Belize

SAUDADE à Sarteneja au BELIZE




Un bateau de Sarteneja rencontré au Belize à AMBERGRIS, ile coraliene entre l'Atlantique et la baie de Chetumal, m'a donné l'envie d' aller voir de plus près ce village situé au fond de la baie prés de la frontière du Mexique où parait-il sont construits ces bateaux.

C'est un modeste bateau de pêche à voile qui attend l'ouverture de la saison de la langouste pour commencer son travail : logement de l'équipage sur le pont à l'abri d'un taud, cayucos ( canoës) empilés en pontée,

Donc direction Sarteneja : Navigation sur 50 miles à la voile dans la baie de Chetumal et dans trois mètres d'eau : on voit le fond de sable tout plat; Pas très rassuré tout de même : s'il y avait un rocher égaré ou une épave oubliée ... même comme ici, au moteur, dans les passes entre les cayes, balisées par des perches en tiges de cocotier avec feuilles
Arrivée à Sartenaja sans encombre après une journée de navigation depuis Cay Caulker non loin de Belize City

Tout de suite le choc : il n'y a que des bateaux à voile. Taille 6 à 8 mètres. Tous plus ou moins à terre pour se refaire le carénage ou une beauté avant la saison des langoustes qu'ils pêchent sur les cayes de la barrière de corail et dans les trois lagons du Belize

Accueilli par Edward , franco-canadien, navigateur et Nathalie sa copine suisse spécialiste des serpents, qui ont un restaurant et un campement pour backpackers dans le village et ne circulent qu'en charrette à cheval qu'ils ont achetée aux mennonites voisins. leur site : (backpackers.bluegreenbelize.com)
La plupart des bateaux sont remontés sur la grève au carénage,ou en réparation avant la saison de pêche .



Tous les charpentiers ont plus ou moins déserté leurs ateliers pour y travailler


Ces bateaux sont parfaitement adaptés aux conditions locales :

faible tirant d'eau : 1 mètre, quille longue, fort brion , plan de dérive allongé, pas de cockpit: on barre assis sur le pont, juste une petite cabine symbolique pour ranger le matériel et un immense vivier amovible qui occupe toute la cale .


Plan de pont simplifié : pas de cockpit, petite entrée dans la cabine arrière avec panneau coulissant grande écoutille qui sert a placer le vivier à langoustes qui d'ailleurs dépasse du pont et petit panneau pour la cabine avant
 
 
 
 
 
Pas de moteur sauf un petit hors bord sur une chaise rapportée sur le tableau arrière et qui ne sert que pour les derniers mètres dans les manœuvres de port

Lignes tendues, étrave étroite et peu inclinée, plan de dérive allongé et efficace, tous ces bateaux sont bons marcheurs et parfaitement adaptés aux conditions locales. Le gréement est aussi efficace : plan de voilure ramassé avec une immense bôme dépassant le tableau arrière.

 



 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 Construits en bois locaux sur place ils reviennent chaque année à Sarteneja pour une révision générale.
 
 















j'ai essayé de reconstituer les lignes d'eau : pas des plus facile






















Mat emplanté sur la quille, haubans galvanisés et rides en textile sur "caps de mouton"



le plan de dérive tout en longueur et les lignes tenues de Rosa :
quille longue, tableau hors de l'eau pour un passage dans l'eau plus efficace











la peinture n'est pas de reste ni le peintre en lettres qui, sur chaque étrave, réécrit chaque année le nom du bateau





























quelques cayucos qui pour l'instant attendent au repos sur l'herbe, sont utilisés sur les lieux de pêche par un seul homme pour aller débusquer, en apnée, les langoustes et autres caracoles ( coquillages incluant le lambi). Ils voyagent en pontée, comme sur le bateau d'Ambergris, pour rejoindre les lieux de pêche. Les botes servant plutot au transport, au stockage et au logement de l'équipage.


Le safran est fixé à une pièce d'étambot rapportée sur le tableau et l'arrière de la quille












Un beau jour, arrivée d'une lancha ou " bote " , ou boat, à la voile mené par deux hommes dont un au rappel à l'extérieur du bateau accroché aux haubans ; voiles en tissus et couleurs diverses, manœuvre impeccable à la voile jusqu'à la digue .




on se refait une beauté : changement des bordés, nouveau liston ou nouvelle étrave, nouveau safran


Le" Tio Baldo" en attente de sa peinture

celui-là, comme neuf, vient juste d'être remis à l'eau depuis la plage ; il est lège et donc pas encore dans ses lignes


plus tard on remet en place son vivier lui aussi refait à neuf



à coté, le bateau d'Edward , le "Natty Dreads" construit sur le modèle des bateaux de pêche locaux, en plus petit, sert plutôt à la balade, à la régate et à la pêche locale.
Cette aquarelle est restée à Sarteneja chez Edward.







 


Pour changer, un beau jour, avec le vélo d'Edward, je vais voir les scientifiques Suisses de la réserve de Shipstern à quelques kms de Sarteneja


Je monte sur leur tour d'observation de 30 mètres : vue imprenable sur la foret ...tout le paysage du Belize

 

Plus tard, revenu sur la barrière de corail à South Water Cay,


au petit matin, la veille de l'ouverture de la pêche à la langouste, devant Saudade au mouillage, passe en route pêche, un de ces fameux bateaux (qui ne vient pas celui-la de Sartenaja où tous les bateaux sont peints en blanc).
Équipage silencieux, linge à sécher dans les haubans et en bout de bôme, cayucos empilés en pontée; il a surement navigué toute la nuit, à l'abri de la houle, derrière la barrière de corail et se hâte vers les lagons qui se trouvent au large du Belize















Juste le temps de faire une photo et un vague croquis...



Et puis, un autre jour encore, je rencontre un cotre sablier qui marche uniquement à la voile, mené par un seul homme et qui file vers Bélize City pour aller y livrer sa cargaison.
Edward m'avait parlé de ce bateau. Il ressemble au Saint Gwénolé du Trieux. On se croirait en Bretagne il y a un siècle...











( à suivre )

Posté par jacques bon à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]